Papillote et Politique

Manifestation contre la loi Pécresse et la LRU… Témoignages sur le campus de Rennes 2

Où l'on parle de l'objectivité de la presse française quant aux reports des mouvements sociaux étudiants.

Depuis près d'une semaine, les étudiants de Rennes s'organisent [1] afin d'informer et mobiliser les personnes concernant la loi Pécresse, la LRU, loi relative aux libertés et responsabilités des universités [2]. Les étudiants se sont mis en grève afin de dénoncer la privatisation de la recherche publique en France.

En ce mercredi 14 Novembre, vers 11H, a débuté en gare de Rennes, une manifestation comprenant des agents en grève de la RATP et de la SNCF ainsi que des représentants d'EDF et GDF. Cette manifestation nationale s'est déroulée simultanément dans d'autres villes de France et les revendications concernent la réforme des régimes spéciaux. Les étudiants universitaires de Rennes se sont joints à cette manifestation contre la loi Pécresse et la LRU. Depuis plusieurs mois, des chercheurs et enseignants se mobilisent [3] également contre la LRU.

La manifestation terminée, près de 200 étudiants souriants et calmes ont rejoint un amphithéâtre du campus Rennes 2 afin d'échanger sur une Commission Media. Chacun était respectueux et à l'écoute des idées des autres. Durant près de 3heures, le débat s'articulera sur l'organisation de la circulation de l'information entre étudiants et comment se faire entendre face à des media dominants qui déforment ou ignorent leurs communiqués de presse.

Faire entendre sa voix face l'hypermédiatisation des media dominants

– Comment présenter les faits réels face à la position que les media dominants ont choisie? Ils déforment volontairement la portée du discours: « par exemple, ils disent : la grogne des étudiants… comme si nous étions des animaux. Or nous ne grognons pas, nous protestons!» « Le problème des media, c'est que ce soit France 2 ou TF1, ils choisiront les vidéos qu'ils veulent et ils diront de toute façon ce qu'ils veulent. » Les étudiants sont attristés de voir que les media prêtent des termes ou des actions qui n'ont pas eu lieu: « nous devons nous organiser pour répondre immédiatement et faire des démentis. »…. « Car ce n'est pas le problème de la caméra mais de l'interprétation. Parfois ils isolent une personne et cette personne ne sait pas forcément expliquer les revendications. » « Des articles de Ouest-France tiennent des propos qui n'ont jamais été discutés ou votés comme étant le mouvement lui-même. Mais, que font-ils de nos communiqués de presse? Ils les publient partiellement ou pas du tout …»  constatent avec incompréhension les étudiants. Les porte-paroles de ce mouvement se sentent ignorés. Les étudiants ont conscience que la manifestation même, ne doit pas être véhiculée par les media comme un spectacle alors qu'« on a des idées à faire passer ». Ils dénoncent une ingérence médiatique qui attend d'eux « l'animation là où ils l'attendent ».

D'autres étudiants sont solidaires du mouvement mais n'ont pas de représentants. Une jeune étudiante témoigne qu'elle a identifié un éditorial « où les lycéens ont parlé des universitaires avec dignité ». Les chercheurs et enseignants se mobilisent également contre la LRU. http://www.universite-democratique.org/spip.php?article51 D'autres étudiants témoignent que , tout parti politique confondu, les familles ne comprennent pas cette sur-intervention des CRS sur des étudiants. Ces familles savent pertinemment que ce sont leurs enfants ou petits-enfants qui sont là et qu'ils sont pacifiques ».

– Comment trouver des media sûrs: « On est pacifique! On n'a pas de barre de fer. De plus, les media légitimistes dans leur propos et présentent le tabassage comme une normalité.» Une étudiante en sciences politiques et d'autres étudiants ont constaté également que les media dominants utilisent un vocabulaire militaire et violent pour parler des manifestations, ex: « prise d'otage, terrorisme ». Cette manoeuvre, ainsi identifiée, aurait pour objectif de les provoquer. « De plus, ces mots sont répétés sur toutes les chaînes de télé, c'est du matraquage!.

« On ne veut pas perdre de temps à prouver notre côté pacifiste et l'hypermédiatisation des media dominants… Car durant ce temps nous ne sommes pas écoutés. »

– « Quelle attitude à adopter vis à vis des media et comment avoir confiance? » demande un des représentants de la manifestation. « Il faut dénoncer le manichéisme des media! Montrer que si on n'est pas avec eux, on n'est pas contre eux non plus! »

« Un mouvement fort ne se donne pas une image devant les media mais fait le mouvement. Il est important de voir et savoir quelle information produit ce mouvement. Comment adopter une indifférence à l'égard des images pour avancer dans le mouvement. Comment ne pas faire comme si on ignorait l'impact politique de ces images qui désinforment?. Il faut prendre attention que ce mouvement qui se construit n'existe pas que parce que l'on en parle. Il ne faut donc pas rester en position de défense, il faut mettre au clair l'unité du mouvement. »

Coordination sur le format de publication

« Comment s'assurer du suivi de l'information des événements auprès des étudiants et organiser les rencontres? » demande un représentant. Chaque étudiant intervient pour valider l'efficacité des choix d'affichage:

« S'organiser pour que les gens s'informent sur le LRU, le mouvement et les autres avis afin de mettre au clair les revendications…. Les événements sont annoncés sur des affiches dans le campus et sont relayés entre les étudiants. … Des brochures vont être distribuées aux grévistes afin d'informer des actions, des votes. … Un communiqué pour que chacun soit au courant du message principal et commun complété par des débats en amphithéâtre…. pourquoi ne pas utiliser le wifi du campus, la radio de l'université (RCR) et des plates-formes neutres sur le net pour centraliser les articles».

Face à l'hypermédiatisation du plan de communication du gouvernement actuel, les étudiants s'adaptent et réduisent le cycle de publication afin de réagir plus vite, dépasser les media et « la brochure deviendra la parole du mouvement. »

article rédigé par Valérie Dagrain Veilleuse citoyenne, ancienne étudiante de Toulouse 2 le Mirail et solidaire des étudiants de Rennes 2 Publication en Licence creative commons cc-by-sa, diffusable à volonté

——

Sources et définitions: [1] 08/11/2007 Manifestation étudiante à Rennes Environ 1 500 personnes défilent contre la loi Pécresse. Sources: http://www.breizhoo.fr/informations/actualite-5706-manifestation-etudiante-a-rennes.html [2] Définition LRU: http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_sur_l'autonomie_des_universités [3] http://www.universite-democratique.org/spip.php?article51

3 Commentaires pour “Manifestation contre la loi Pécresse et la LRU… Témoignages sur le campus de Rennes 2”

  1. marmotte dit :

    on est mal barré encore 3 ans a tenir . pr l’instant je me bas contre mes nuits blanche (1 / semaine, de préférence le lundi histoire de bien travailler ) ss prétexte d’être rmiste ou faire pleuvoir le prochains nuage qui me passe sur la tête ( aller vs faire mettre et démerder vs ) c pas parceque je suis passer devant une télé que virenque se fera du blé pdt le tour de fr . ( par contre il vas tt faire pr que vs passiez de bonne sieste ).
    sinon c payable en € sonnant et trébuchant ( les prod vs oublier ) .

  2. zeboss dit :

    …ça j’adore! Un commentaire sur l’othographe et les fautes avec une belle grosse coquille en plein milieu…
    Il est cependant vrai que cet article n’a pas été corrigé… Pouvez vous nous proposer une correction en cette page avec les références linéaires avec les mots à corriger? Merci.

  3. Matthieu dit :

    Dommage que de nombreuses phrases soient incompréhensible et que l’orthographe ait pris la poudre d’escampette…

Répondre à zeboss Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *