Cinéma

Twin Peaks: Genèse d’un culte

Quand on pense "David Lynch" on ne pense pas "Les Bronzés font du ski". On pense à un charivari capillaire et à un cinéma plus barré que la correction de ma copie de maths du baccalauréat 98… quand on ne se fait pas direct un claquage du cerveau! Auteur de films sur lesquels il existe autant de théories que sur l'assassinat de Kennedy ou la nature des êtres ayant érigé les statues de l'île de Pâques, le simple fait de lâcher son nom dans une conversation vous garantit de faire tomber votre interlocuteur en une pâmoison entrecoupée de verbiages visant à vous expliciter les tenants et les aboutissants de telle ou telle scène… Dites à n'importe quel gougnafier que vous avez vu le dernier Lynch et vous le verrez aussitôt se transformer en Télérama… Ou pire, en Les Inrockuptibles!

Rien que pour ça, on aurait envie de dire autour de soi des choses comme : "je n'échangerais pas la filmo entière de David Lynch contre une seule bobine du "Gendarme et les extraterrestres!"". (Et aussi parce qu'il nous les brise menu avec sa méditation transcendentale et son arabica…  Pourquoi pas un shampooing antipelliculaire, tant qu'on y est? ). Voir Cruchot arroser des plagistes extraterrestres avec une lance à eau, c'est au moins aussi perturbant que de se fader les gémissements du bébé d'"Eraserhead" en Dolby Surround 6.1…. Il y a autant d'érotisme pervers dans les majorettes Tropéziennes que dans "Sailor et Lula" et "Blue Velvet" combinés. Enfin, le simple fait de voir Galabru et  Lefebvre dans un même plan invalide complètement "Elephant Man". Mais si d'aventure Téléramane nous prenait au mot, on s'arrangerait pour garder Lost Highway et Mulholland Drive… et la première saison de Twin Peaks. David Lynch fait la connaissance du scénariste Mark Frost par l'intermédiaire d'un agent du nom de Tony Krantz, lequel leur soumet un projet d'adaptation cinématographique d'une biographie à succès de Marilyn Monroe ("The Goddess"). Les deux hommes s'apprécient et continuent de se fréquenter après que le projet a échoué. Ensemble, ils jettent différentes idées sur le papier (dont un script intitulé "One Saliva Bubble" qui manque de peu être porté à l'écran en 1987). A l'insistance de Krantz, qui voit en la télévision un médium inexploité, ils ébauchent une histoire de meurtre dans une paisible communauté du Dakota du Nord. Le projet s'intitule alors "Northwest Passage". L'idée est de mélanger fiction policière et soap-opera. Une entrevue éveille l'intérêt des huiles de la chaîne ABC, mais le déclenchement presque simultané d'une grève des scénaristes empêche la poursuite des discussions. Lynch et Frost laissent couler, jusqu'à ce que Tony Krantz, qui ne lâche pas l'affaire, rappelle pour demander des nouvelles du script. Dans l'urgence, ses deux poulains s'attellent à l'écriture du pilote de la série, développant l'intrigue, épaississant les personnages. L'état de Washington, avec ses forêts denses et sa bruine perpétuelle, est préféré au Dakota du Nord. Frost dessine un plan de la ville. Il l'imagine nichée entre deux montagnes. Deux pics jumeaux. Twin Peaks est née.   ABC déloque des fonds pour le tournage. Reste à caster les personnages, trouver le décor et composer un générique. Grâce à leurs réputations et leurs contacts, les deux producteurs aguichent plusieurs briscards télégéniques, quelques jeunes hommes au physique niais et une poignée de jouvencelles gâtées par la nature. Pour le personnage de l'agent Dale Cooper, Frost suggère Kyle McLachlan, qui a tenu la vedette sur les films "Dune" et "Blue Velvet" de Lynch. Bingo! Si l'acteur dépareillait affreusement en djihadiste galactique aux supers pouvoirs, il se fond remarquablement dans le personnage de cet agent du FBI insolite, sorte de Rouletabille rabelaisien préfigurant Fox Mulder et Amélie Poulain. Après quelques jours de repérage au nord de Seattle, Frost et Lynch découvrent à Snoqualmie et North Bend (au nord de Seattle) tout ce qu'ils avaient imaginé dans le script. Des bois de conifères fragrants, des montagnes, une usine à bois, un resto-route bariolé, un pavillon amérindien et un hôtel luxueux surmontant une cascade spectaculaire… tout est là! La concordance de tous ces éléments avec les lieux qu'avaient imaginé Lynch et Frost fait dire à ce dernier que "c'était surnaturel. C'était comme si on l'avait vu en rêve ". L'équipe prend ses quartiers dans la région la fin de l'année 1989.  Les paysages de la série, magnifiques, lui octroient une personnalité visuelle unique. Tandis que les intérieurs cosy procurent au spectateur un sentiment de confort (sentiment renforcé par le fait que les personnages passent la moitié de leur temps à siroter des cafés en mangeant des donuts ou des tartes à la cerise), les bois entourant ces intérieurs dégagent une angoisse subtile de cauchemar. Leur épaisseur étouffante évoque de manière subliminale le mystère tout aussi impénétrable entourant le meurtre de Laura Palmer. De la même manière, la plupart des scènes associées à l'élucidation d'un problème ont lieu de jour et en ville, tandis que les agissements secrets se déroulent de nuit, dans la forêt ou à ses abords. Pour la musique, Lynch fait appel au compositeur Angelo Baldamenti, avec lequel il a déjà collaboré sur « Blue Velvet ». Prenant place aux côtés du musicien, Lynch décrit une atmosphère… « Le vent dans les arbres, la nuit… Une pleine lune pâle… Un ululement de chouette… Une jeune fille apparaît, elle s'avance, lentement… » A mesure que le réalisateur décrit ses visions, Badalamenti compose, sur un vieux clavier Fender Rhodes, un crescendo triste culminant en un sanglot de détresse qui deviendra le thème de Laura Palmer. Pour les besoins de la série, Badalementi crée plusieurs thèmes très différents, parmi lesquels la musique doucereuse du générique et un jazz archi-sensuel et feutré destiné principalement au personnage de lycéenne lascive d'Audrey Horne. L'empreinte musicale de Twin Peaks est aussi fascinante que son empreinte visuelle. Derrière la beauté onirique de ces paysages et de ces mélodies couve un trouble vague.

 

Prudemment, les cadres d'ABC ont demandé à ce qu'une fin alternative soit tournée, de manière à pouvoir vendre le pilote comme un film à part entière pour le cas ils ne seraient pas convaincus de la nécessité de prolonger la série après visionnage. Cette précaution s'avérera superflue. Sitôt après avoir reçu le résultat final, ABC commande sept épisodes supplémentaires. Le pilote est diffusé sur ABC pour la première fois le 8 avril. 1990. C'est un plébiscite. Il réalise un score d'audience de 33%. Des millions d'américains intrigués restent scotchés à leur poste jusqu'au générique de fin. Au matin du 9 avril 1990, près de la machine à café, ils se demanderaient entre eux: « Fuck me, t'as vu ce qu' est passé à la télé hier soir? »

 

A suivre…

 

 

Horseface O'Brien

 

 

2 Commentaires pour “Twin Peaks: Genèse d’un culte”

  1. Horseface dit :

    Patience, on y vient…

  2. Brody Belouga dit :

    Claque quand tu vois pour la 1ère fois Lost Highway, Inland Empire tient vraiment la route. Twin Peaks fait partie de ces séries où tu tombes sur n’importe quel épisode et tu passes un moment captivant en ayant à la fois hâte de voir le pilote et la fin. La femme à la buche m’a donné envie d’adopter un petit billot de chêne à point. Outre la sylvophilie galopante irrémédiable ( tiens je vais aller libérer une bûche de sa corde )je n’ai jamais vu le film. L’adaptation d’une série en film, un phénomène plutôt récent … De quand date le film, Mr O’Brien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *