Les nouvelles maladies

Le jour des sinositeux

Le chinois vous énerve, vous ne pouvez plus voir vos affiches de Bruce Lee en aquarelles, le moindre Nem vous constipe et vous fait dire : « moi, la cuisine exotique, c’est pas que j’aime pas, mais ça me donne des gaz… » et vous considérez définitivement Chang du Lotus Bleu comme une catin tonkinoise… ne cherchez pas plus loin, vous faites une sinosite !

Classé comme « nouvelle maladie » par l’Organisme des Nouvelles Maladies, la sinosite se caractérise chez les patients atteints par un teint de toile cirée jaunâtre avec motifs Panda et eucalyptus en reliefs… Le malade développe une certaine agressivité quant à la culture asiatique, jusqu’à rire aux éclats des vexations xénophobes entretenues entre l’inspecteur Clouseau et son fidèle Kato… certains cas plus rares ont été jusqu’à immoler une effigie de Philippe « tape sur des bambous » Lavil… Et c’est bien là une des spécificités de cette maladie exotique, celle de faire perdre tout discernement « pour ne plus voir le monde qu’a travers de minces fentes oculaires et cruelles… »

Diary of the Sinositeux

 

L’ambition immodérée des sinositeux est de faire courber la Chine sous les insultes… Les actualités internationales de ces derniers mois prouvent la prolifération constante de cette maladie grave et occultée aux yeux du grand public : que ce soit à Paris, San Francisco ou à Lhassa, des sinositeux en grand nombre n’ont pas hésité à vilipender les délégations chinoises, jusqu’à s’en prendre physiquement à ces jaunes ambassadeurs. Interrogées, les nations concernées ont préféré botter en touche et prétexter une quelconque raison olympique. Le déni permanent des grandes nations quant aux « problème chinois », comme on le nomme dans les hautes sphères, tend à prouver que l’organisation mondiale de la santé et la ligue des droits de l’homme n’est pas encore prête à affronter ce virus pervers… Manque de vaccins ? Psychose de la pandémie ? Personne ne se prononce encore sur cette nouvelle forme de déviance humaine que certains n’hésitent pas à comparer à « la grande peste », voire même à l’avènement d’un mythe Zombie…

 

Comment se soigner ? Comment vous protéger ?

Comme on peut préconiser l’ail contre les vampires ou les balles d’argent pour lutter contre les lycanthropes, Doc Le Rennet vous a concocté des petits systèmes de défenses actifs contre cette sinosite purulente qui vous guette… 

Absorber avec générosité des films tels « les 55 jours de Pékin », « la canonnière du yang Tsé », « les chinois à Paris » ou l’ineffable « les barbouzes »… Les génocides orientaux représentés dans ces pamphlets vous apporteront une dose prononcée de destruction de masse… vous n’attraperez ainsi pas de fièvres malignes lors des événements pékinois de cet été ! Le principe est simple : inoculer le poison afin de prévenir la maladie en amont.

Deuxième solution : atlas et crayons de couleur.  Vous repérerez la Chine sur une carte du monde… Crayonnez fortement la zone déterminée jusqu’à ne plus voir du tout les limites de cette empire sauvage et surpeuplé… Pendant que vous y êtes, faites de même avec le Tibet, vous prendrez ainsi de l’avance et on ne pourra plus jamais dire que vous n’êtes pas prévoyant ! Et voilà, vous avez rayé la Chine de la carte ! Pour vous, plus de J.O., plus de Triades et de chinoiseries… vous êtes saufs !

 

 

 

1 Commentaire pour “Le jour des sinositeux”

  1. le morloch dit :

    j’ai mangé du riz cantonnais à midi et je me sens tout bizarre… vais aller regarder les barbouzes pour faire tomber la fièvre.

Répondre à le morloch Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *