Terra Incognita

N’allez pas… sur la côte!

Chaque été amène son jour fatidique où le breton, après avoir brossé sa barbe, enfilé ses bottes, son ciré, puis déposé la clé du phare sous le paillasson, le breton donc rejoint la côte à la rame pour constater que « Ma Doué! Les aoûtiens sont revenus! »

Et alors le ravitaillement, la confesse et jusqu'aux plus affriolantes bigoudènes foutent le camp de sa caboche burinée, chassés par les perspectives d'accablement de la terre ferme. Il s'en retourne en quatrième vitesse vers son phare, son perroquet au vocabulaire fleuri et son exemplaire de "Corsaires et Pirates" de Patrick Poivre d'Arvor. On comprend. Sauf en ce qui concerne l'exemplaire de Corsaires et Pirates de Patrick Poivre d'Arvor, littérature de water closets franciliens dont on se demande bien ce qu'elle fout dans un phare breton (une boulette du chef accessoiriste?).

La mythologie bretonne est remplie de ces périls d'août, de ces lavandières aux mamelles flasques empestant l'autobronzant, de ces korrigans hyperactifs affublés de raquettes, de ces greluches maniérées ne jurant que par les pages cul de Cosmopolitan et de ces sagouins de volleyeurs fervents de la musculation par électrodes. La légende raconte que la cité d'Ys doit son engloutissement à la panique du devin municipal devant l'achalandage de lutéciens en goguette (suivant son exemple, on devrait engloutir St-Malo tous les jours fériés). Mais n'allez pas croire que l'Armor seul pâtit. Le folklore de l'Argoat nous met en garde contre les ressortissants hasardeusement fagotés de la perfide Albion s'agglutinant dans nos supérettes dans une frénésie de picrate. L'Ankou himself fléchit devant ces ignominies aussi implacablement récurrentes que la gastroentérite. Depuis dix ans, il passe les mois d'été à Kingston, Jamaïque, où son bourrin décharné, sa carriole pourrie et les relents de désolation qui l'accompagnent lui permettent de baguenauder incognito. C'est pas des blagues, je le tiens du curé de Pleumeur-Bodou qui a bien connu sa tante Gudule– vous savez la patronne de la taverne du Parigot pendu, dont l'enseigne a été classée au Patrimoine de l'UNESCO en 1966.

C'est en vain que chaque année, les meilleurs élèves des facs de sciences de Bretagne et de Cornouaille planchent de concert sur des projets de conservation du littoral. En 2007, la stratégie « lâcher de méduses varioleuses » s'est révélée inopérante. En 1996, l'opération «Creutzfeldt-Jakob » (qui visait à fermer l'accès à la mer en créant une psychose bocagère en Argoat) a découragé très peu de touristes. En 1999, le projet Erika avait suscité une compassion et un intérêt très forts au lieu du dégoût escompté. Les marins du Guilvinec, qui croyaient agir pour le bien de leur région en chahutant le président des métropolitains, n'ont fait que renforcer la sympathie de ceux-ci envers une Bretagne qui n'en demandait pas tant. Il fallut dépêcher un agent provocateur au salon de l'agriculture pour créer une diversion. Au moins les pêcheurs ont retenu la leçon. La prochaine fois, ils descendront de leur mât.

Tant qu'un rebutant efficace ne sera pas inventé (à l'exemple du Tricastin), on se contentera des techniques d'irritation héritées de nos aïeux, à savoir l'épandage de purin près des gîtes et campings, les concertos nocturnes pour bombarde et biniou et la javellisation des plateaux de fruits de mer. Bonne nouvelle, la technologie le dispute depuis peu à la praxis ancestrale: conjointement avec les illuminati du Mont St-Michel, les techniciens de Rennes Atalante ont mis au point un prototype de goéland téléguidé pouvant contenir et larguer jusqu'à quatre kilos de fientes et possédant une autonomie de vol d'une trentaine de minutes. Les bulletins d'inscription au téléguidage d'essai sont à retirer à l'Auberge du Ptit cheval dans le mauvais temps. Mot de passe: blitzkrieg.  

 

Meriadoc Folamour

Amicale Lycanthropique de Cornouaille

4 Commentaires pour “N’allez pas… sur la côte!”

  1. Onésime Grosbois dit :

    Je viens de m’enfourner 3 crêpes chichi et 5 craquelins au beurre, je me sens un peu bizarre, là.
    Je cours lire les aventures de San Antonio à Ploumanach-Vermot.

  2. Stella Brosse dit :

    Quand est-ce qu’il rentre le boss?

  3. Yeu, breton en exil dit :

    Wawh… chef d’oeuvre!
    En attente de resultats!!

  4. Yeu, breton en exil dit :

    Wawh… chef d’oeuvre!
    En attente de resultats!!

Répondre à Onésime Grosbois Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *