Apportez moi la tête de...

Le journal web 2.0 d’Anne Branck ou « comment je vends ma vie superflue sur le grand ordonnateur psychédélique qu’est l’amphitryon Internet. »

Alors que l’industrie du fion avait su marquer les dix premières années de le Internet de ses tâches suspectes, le Web 2.0 permet une nouvelle tendance très tend-dante, celle du blog « érotique », ou culinaire, ou voyagiste, ou je-suis-la-mode, à ne pas confondre avec j’-suis-la-mode (à moi tout seul !)…

Ouais, on blogue sur tout et n’importe quoi, surtout sur n’importe qui… On blogue même sur le fait de bloguer, comme tant d’Anne Branck numériques, griffonnant notre diarrhée verbale à la fesse du monde. « Pour vivre heureux, vivons casher », entendait-on dans les greniers… Aujourd’hui, on « raconte » pour être découvert, les vies intimes se dévoilent et les éditeurs surveillent les stats… ainsi, on ne publiera pas « de fortes pensées politiques et humanistes écrites par une grenouille dans le marais poitevin » mais on sortira à grands frais « j’ai chopé de l’eczéma purulent jaunâtre en mangeant une moule vintage à Pordic ». En trois tomes, version velours… non pas parce que le doute assaillira le ponte éditeur quant à la propension du batracien à écrire avec un Mont Blanc… ! Tout simplement parce que les mots « eczéma », « moule », « vintage » et « Pordic » sont amènes à ramener des internautes friands d’encyclopédie et de culture bon goût ! De là à confondre internautes et lecteurs, il y a le Monde Diplo, c’est sûr, mais ça, on ne l’apprend pas dans les écoles de commerces.

Il n’y a pas de place pour tout le monde dans les « Star Académies », soit ! Je tente ma chance au grattement de la Fronçaise des jeux et si je perds, je m’en fous, je vais faire un blog… Je vais y raconter ma façon de faire les confitures, parler de crèmes de beauté pour les moches, narrer mes aventures avec Pollio, mon poney docile ou mettre des photos de ma collection de licornes en galet de Trémarec… Si vous êtes sages, je vous montre ma culotte achetée en solde chez Petit Pataud… Purée, qu’est ce que j’suis hot ! Wiiii, so sexy dans ma parure de blog rouge, vert, jaune… ça clignote, il y a de la pub, comme à la télé ! Je suis dans l’écran… comme Laurence Ferrarri… là, c’est moi qui mange une crêpe bretonne à Hong Kong, là c’est encore moi au Pérou devant la tombe d’Hitler… Hein ? Quoi ? Ah non, pas là, c’est une photo de ma licorne mauve… on me voit pas parce que c’est moi qui fait la photo !

Qu’est qu’on en a à foutre que Myriam se touche devant ses voisins et que Pauline se déloque devant sa fenêtre « tous les soirs de pleine lune à 22h45 »… Putain, on va encore nous bassiner avec des recueils de trucs de cul limites écrits par des aristos chiasseux et des étudiantes boutonneuses… tout ça pour faire des stats et vendre de la pub… Bordel, il y a encore quelque temps, les Blogs devaient représenter un contre pouvoir ou le « Cinquième pouvoir », quelque chose de formidable pour la propagation de l’expression citoyenne… certains s’en étaient emparés pour exprimer une certaine rancœur, mal de vivre en la Fronce d’aujourd’hui, un ressenti politique, une tentative de résistance de l’esprit, du mental : « Hey, Houston, we’ve had a problem here… »… Des appels au secours ou à la mobilisation, à la résurrection de l’Intelligence… le tout saupoudré de réclames envahissantes qui font passer Gengis Kahn pour le pire des casaniers! C’est ainsi que Cassandra, complexée, parlait de ses rondeurs et de la meilleure façon de vivre pour les boulottes dans le nord du Wisconsin… sous ses articles- recettes « minceurs à haute teneur en radis noir et jus d’orties du Kilimandjaro tyrolien » défilent » des bannières du grimaçant clown Ronald. Quand Gontran relate ses déboires immobiliers et la crise qui l’enserre de ses griffes de ptérodactyle boursier, son blog « sobre » s’illumine de réclames Paribas et de logic-immo… Quand il sera venu pour lui le temps de faire seppuku, on optera avec classe et bon goût pour un joli calicot « roc Leclerc ».

Tout est pourri mon cher monsieur, moi je vous le dis ! Internet, espace de liberté ? Mais oui oui, l’esprit libertaire brocardé par la consommation de masse, les anars du Web travestis en homme sandwich, c’est ça le nouvel Internet… tout le monde en bas résilles, talons hauts et accent brésilien devant son écran, le soir, bien caché derrière les persiennes, l’ADSL enfoncé dans le rectum et la main « agitato molto vivace » le mulot sans fil… vous en reprendrez bien une tranche ?

Carmina Bourassa

3 Commentaires pour “Le journal web 2.0 d’Anne Branck ou « comment je vends ma vie superflue sur le grand ordonnateur psychédélique qu’est l’amphitryon Internet. »”

  1. A.L.C. dit :

    Rien pigé à ton putain de commentaire, l’ami. C’est comme de ramer dans une mare de purée de carottes avec des grumeaux.

  2. marmotte dit :

    Sans de dieux de vache de couille de chiotrerure de merde qu’estce ta encore a faire chier le peuple ds nos contrer fachtes hospitalières les journée rennaise st pas si mal non plus que les soleil de ré sur les syllable de nos profonde exrtocité de l’âme . C que c furieusement dérangeant de découvrir c infamie comise envers et contre tt les démesurations de c furieuse tempétatitude trops souvent rencontré s’indignant des sort qu’il leur serait réserver de se faire imposer par des machines exploitantes de nos intélectes equiproportionnellement équivalent et outrepassant bien svt les lois de l’humanités qui ne se doit pas envers et contre tt dépasser pr d’abjecte raison de recherche de soi disant le bien ëtre du monde mais bien svt imposant d’outre bénéfice malencontreusement réprobant pr le bénéfice de tt un chacun. il se voit bien au dela de sensations et de sonorité pleine d’ambiguïté et de répulsif a calambourg outredémentiellement parlant a nos âme et conscience pr ainsi dire tt faire pr que, de leur coté puisse jouire d’1 avenir plus heureux ou + bénéfique pr leur porte monnaies ou autre compte en banque bien que trops charger d’infamie constater envers les lois moral de l’amour entre la vie et la nature humaine, ainsi que des loies naturel régissant le fonctionnement de notre terre nourricière, je vs demande de supprimer les dettes des pays du tier monde et de n’y mettre le pied que avec parcimonie n’y de multinational outrepassant les lois des pays ou celle si se st installer ss des couvert de protection .les frontière entre les pays st devenue bien svt des affaire d’économie et de commerces douteux . les lois sécuritaire de nos pays ne font + éloigner les gens entre eux + qu’elle ne devrait les rapprocher, sans compter que cela augmente les peurs que l’ont peut ressentir a l’encontre de sn prochain . Les insalubritées rencontrer sur nos passages ds les rue abonde et ne surviennent que de votre système capitaliste, fachiste, catholique et brossant le poil a l’aristocratie politique . Les divergence d’opinion st traité chez vs comme des manquements a ces devoirs de citoyens ainsi que d’ëtre humain la reconnaissance de ttes les personnes en difficulté devant la crise du chomage et de la non compréhension de c devoir d’ëtre humain doit se voir etre condamner sur le chant a vider sn compte en banque pr régulariser la dette du tier monde et les espaces monétaires monumental entre pays,les vole de matière première ds ts les pays et l’exploitation des classes pauvres devrait se voir aniiler rocking soap

  3. marmotte dit :

    c évident que les agité du mulot doivent avoir bien des soucis ds nos contré comment savoir prq aprés trois semaine passer en dehors de mon chez moi parentale j’y retrouve mes instrument de musique complètement dématérialiser de leur pureté d’entant par je ne c quel infrason audieusement présent .
    C a se demander si même sans utilisateur une platine ou chaîne de musique puisses se dégrader ???

    merci a ceuces qui pourrais se plonger ds c pb de sonorité perturbante et déconvenante .

    ( chez moi c très récurant jusqu’au besoin d’en faire autant chez mon voisin )

Répondre à A.L.C. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *