Apportez moi la tête de...

Smartphones: en avoir (ou pas)..

 Il n'y a pas quinze ans, on se pâmait encore devant un bippeur qui ne pouvait pas donner le cours du concombre ibère en temps réel. Pour situer le prieuré de Rennes-Le-Château, il fallait d'abord faire le vide autour de soi dans un rayon de cinq mètres afin de pouvoir déplier la carte Michelin. On devait même parfois, fi des précautions sanitaires, adresser la parole à un commerçant pour obtenir un renseignement. Incroyablement, il existait des gens qui pouvaient répondre de tête à une question!

Mais, par laidie Gaga!, ce Moyen-Âge, dans les ténèbres fangeuses duquel on tâtonnait en poussant des cris de bête, est heureusement révolu. La vie au XXIè siècle pose des défis à ce point plus complexes pour l'esprit humain (cf M6) qu'elle ne peut se considérer qu'en termes d'applications sur écran tactile. Sans les circuits imprimés permettant de localiser la pissotière la plus proche et de connaître les noms, prénoms, âges, adresses et commentaires de ses derniers usagers, l'homme d'aujourd'hui ne vaudrait pas mieux qu'une vessie de teckel. Le savoir, c'est le pouvoir!

Ringardisées les roues motrices, le quotient de chances d'accouplement de l'homme civilisé se calcule dorénavant en nombre d'applications. L'application, c'est le phéromone de notre ère. Avez-vous entendu, dernièrement, la voix de Silicon Valley Junior croyant escagasser le cul-terreux à la télé: « si vous n'avez pas d'I-Phone, eh bien vous n'avez pas d'I-Phone »? C'est la voix du puceau technologiquement persuadé de son  triomphe imminent avec la fille de la pub Tampax.

 

Sans transition, allons au fond du sujet et considérons un instant les fonctions proposées avec l'esprit critique en mode « ON ». On le voit après un examen minutieux et scientifiquement cautionné, quatre-vingt-dix pour cent des applications existantes ne sont purement et simplement que des couillonnades. On peut raisonnablement conjecturer que ces programmes sont la partie numérique émergée d'un complot grossier visant à ôter toute motricité à l'être humain dans le but vraisemblable de le remplacer par une race supérieure de ruminants d'ici à 2025. En effet, cette hypothèse paraît intellectuellement plus recevable que tous les slogans selon lesquels un individu doté de facultés cognitives ne serait-ce que faiblardes aurait la nécessité absolue de ces applications dans son environnement quotidien. Pour l’exemple, voici une sélection non-exhaustive de ces applications révolutionnaires (parmi les plus populaires) :

 

Wakevoice : cette application Android permet d’être réveillé par une voix robotique qui vous donne la météo et les infos. Cette technologie existe depuis plusieurs décennies dans une version appelée « Radio Réveil ».

Handsent SMS : non seulement Handsent SMS offre la possibilité de « personnaliser » ses SMS en leur donnant des couleurs, des gimmicks et en changeant la police d’écriture- le monde est sauf ! mais encore ce programme permet-il aux analphabètes- ou aux gens qui aiment bien répéter trois fois la même phrase en braillant dans leur téléphone- d’envoyer des SMS grâce à un système de reconnaissance des sons capable d’écrire sous la dictée. Euh…Tant qu’à parler, autant appeler, non ?

Ocarina : les péruviens et leur flûte de pan sur le parking de l’hyper vous ont toujours gonflé ? Attendez de voir votre beau-frère souffler dans son super téléphone au prochain repas de famille.

Flashlight : grâce à cette application, votre smartphone peut faire lampe de poche ! Pour spéléologues distraits. Pour les autres, l’interrupteur est à côté de la porte.

– Citons enfin le philanthropique RunPee (dont il est question dans la partie droite de ce site) qui vous indique quel est le meilleur moment pour aller pisser pendant un film. Personnellement, c’est pendant la pub, sinon j’appuie sur pause.

Regardez autour de vous. On assiste d'ores et déjà à l'apparition d'une classe aisée d'hommes chétifs et abouliques, au libre arbitre bégayant… Des bleu-bites pas foutus d'appréhender seuls le fonctionnement d'un lavomatique. Des êtres frêles qui se prendraient une branlée contre une plante de salon si leurs smartphones ne disposaient d'une application « comment plier la flore à sa merci ». Des addicts qui ne peuvent plus supporter de prendre l’avion sans risquer de brouiller les écrans radio en envoyant juste un tout petit tweet au moment du décollage pour dire « on va décoller »,  pour que le monde sache.

Je veux bien vous concéder que certaines applications ont une utilité. Les convertisseurs de monnaie, les dictionnaires en ligne, les traducteurs, les Pages Jaunes, les GPS. Mais, et c’est là que le vilain mot entre en jeu, ces programmes servent principalement cette caste opprimante qu’on appelle les « professionnels ». Donner le taux du change du Rinngit de Bornéo ou traduire Télé 7 Jours en taïwanais, ça épate la galerie deux minutes, puis ça devient gonflant. Le smartphone est foncièrement un outil de travail, que vous jouiez ou non à Pacman 2.0 aux cagoinces avec. Le salarié du privé ne peut plus se déplacer sans son smartphone. Il doit pouvoir être contacté en tout temps, répondre à toute sollicitation, consulter en permanence. Cet appareil, c’est son travail. Son travail, il doit l’avoir sur lui tout le temps. En tout état de cause, depuis l’explosion de la téléphonie mobile, le travail ne cesse de rogner sur ce qu’on appelait jadis «  le temps libre ».

 

Et la technologie ne cesse de progresser, si tant est qu'on puisse qualifier de progrès cette tendance visant à tout catégoriser, à parer à tout aléa, à proscrire toute maladresse, à s’orienter partout et en tout temps… en un mot: à dire "ouste!" à la poésie. La prochaine étape de cette formidable entreprise de génocide du mystère, du hasard et de l'imagination a pour terme « réalité augmentée ». Grâce à des microprocesseurs intégrés à des lunettes spéciales, il sera bientôt possible de recevoir en surimpression des informations sur votre environnement visuel. Pour savoir à quoi correspond cette échoppe au coin de la rue, vous n’aurez qu’à chausser vos lunettes qui vous apprendront que « La boucherie Bloduc est classée 19è sur 51 des boucheries du 13è arrondissement sur Meatadvisor.fr. Dernière transaction enregistrée: museau de buffle le 27 juin à 13h45, réglé par chèque. 347 personnes aiment la boucherie Bolduc. La boucherie Bolduc a 95 amis sur Initials BBQ.com, le site de rencontre des allumés du barbecue ».

Pire encore, à la façon dont se développent les réseaux sociaux, rien n'empêche de redouter que cette réalité augmentée ne finira par s'appliquer aux personnes. Plus la peine de trouver un prétexte fallacieux pour demander à une demoiselle si elle est accompagnée, plus la peine de se montrer créatif pour essayer de trouver un sujet de conversation- son profil, son histoire, ses centres d'intérêt s'afficheront à quelques millimètres de votre rétine.

De nos jours, on ne peut plus attendre. Il faut savoir tout de suite, quitte à oublier cinq minutes plus tard. On connaissait déjà les problèmes de déficit d'attention des populations exposées aux coupures pub du petit écran- qu'en sera-t-il de la capacité de concentration de la génération smartphone? À présent que la moindre information est disponible immédiatement et sans effort, apprendre a-t-il encore seulement un sens? S'intéresser à tout, n'est-ce pas se passionner pour rien?

 

Jo L'Trembleur

 

 

2 Commentaires pour “Smartphones: en avoir (ou pas)..”

  1. angry bird dit :

    j’arrive mal à lire votre article sur mon iphone, Pb de css ?

  2. Effectivement la surdépendance à la nouvelle technologie fait peur. De plus cela nous montre les limites du progrès et continue a nous faire réfléchir sur la nature meme de l’évolution de notre société qui semble indissociable de l’évolution technologique.
    Il est grand temps d’évoluer sur d’autre plan ( qui a dit spirituel ?… ), d’apprendre a se controler et de savoir ce qui est Réellement nécessaire.
    J’aime beaucoup le ton de l’article sinon, sa fait toujours plaisir de voir que tout le monde n’est pas dépendant !
    Bonne continuation !

Répondre à angry bird Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *