A la une

« Je bois et puis je danse », vive l’Indochine française!

Depuis quelques mois, le groupe Aline et son tube « Je bois et puis je danse » s’invitent au cœur des situations les plus outrageusement hipsterisantes de mon existence… comme lors de  cette soirée jacobine, dans cet appartement « nouveau riche », où l’on se délecte de leur EP comme d’un foie gras de curé basque. Ou encore lors de ce brunch rennais, autour d’un café gourmand et de son mascarpone de groseilles façon crumbeule à 8 euros 90…

Ai-je à ce point un TER de retard ? Des concombres dans les esgourdes ? Ai-je à ce point un train de retard ? Des concombres dans les oreilles ? Elucidons ce mystère. La funk-pop (rien que le terme fait mal aux oreilles) de « Je bois et puis je danse » démarre sur les chapeaux de roues, avec une rythmique de guitare évoquant, selon la presse spécialisée, « le meilleur des Smiths ». Tudieu ! Johnny Marr doit s’en retourner dans sa coke. A peine le temps d’encaisser l’étrange comparaison qu’un plan de basse hoquetant la vulgarité putassière me prend à la gorge tandis qu’une mélodie de voix grossièrement pompée sur « Porque te vas » de Jeannette (ce que personne ne semble relever hormis quelques internautes malins qui s’unissent pour briser le consensus guimauve qui règne autour du succès du groupe) vienne me terrasser définitivement. Rââh, ces accents Indochinois sur « A bouger en cadence, à me rapprocher de la reine », j’en connais qui s’engagerait dans la Légion pour moins que ça.

Malgré leur ancien patronyme plutôt cool qui évoquait Clermont Ferrand (Young Michelin), il s’avère qu’Aline est basé depuis peu à Marseille. Voilà l’occasion rêvée de mettre en place une grande campagne de dynamitage des frontières de la région PACA afin d’exiler ce morceau de terre le plus loin possible de l’hexagone. Pourtant,ils sont originaires d’Alsace, de Loire Atlantique, ils comptent même en leur sein « un Breton élevé chez les Basques » : ils ne peuvent pas être foncièrement mauvais. Ils sont parfois drôles en interview et revendiquent des influences très honorables : Clash, Buzzcocks, Jesus & Mary Chain, les Kinks, The Fall, ou encore Crystal Stilts ou Veronica Falls.. Bon le tout noyé, il est vrai, dans le pire du top 50 de la fin des années 80 (Gamine, les Avions). Qu’est ce qui a bien pu merder à ce point ? Pour le meilleur et pour le pire, on ne peut même pas reprocher au groupe, ou en tout cas à son fondateur R. Guerret, d’être malhonnête : son passif dans la pop niaiseuse (Accident) ou la new-wave visqueuse (Dondolo) est déjà bien connu des services de police.

Le sujet qui fâche maintenant : le chant en français. « A moins d’être parfaitement bilingue, ce qui n’est pas mon cas, je ne vois pas comment on ne peut pas avoir le sentiment de tricher quand on chante dans une langue qui n’est pas la sienne » affirme Guerret, chanteur / compositeur. A entendre les jérémiades et l’insipidité des textes d’Aline, on peut légitimement se demander si la véritable insouciance, la véritable spontanéité ne passe pas plus par des textes anglo-saxons approximatifs et maladroits, que part un chant en français qui apporte inévitablement aux chansons cette touche délicatement prétentieuse et au final faussement ingénue et naturelle, symptomatique du chant en français raté et / ou du chant en français synonyme de variété ou de chanson française. N’est pas Jacques Brel qui veut! Et puis « tu parles français quand ça t’arrange » pour reprendre les propos de François Damiens : quand ce n’est pas la chanson « Fauvisme » (ce titre ! il fallait oser) de Dondolo chantée en anglais, c’est « Teen Whistle » d’Aline chantée en français. Il va falloir se mettre d’accord. Et puis parlons-en, de cette sincérité, de ce sentiment « de ne pas tricher » si cher à Guerret : la chanson « Deux hirondelles » fait référence à ses deux gamins d’un peu moins d’une dizaine d’année (le gazier refuse de dire son âge, mais grâce à le internet on apprend qu’il a 36 ans), tandis que « Je bois… » évoque ces soirées de merdes passées dans une discothèque où l’on finit comme un blaireau, le nez dans son Pernod, après avoir compris qu’on était transparent  auprès de la gente féminine. En somme, des thèmes qui convoquent, dans cette chanson, tout ce qui a trait à l’univers adolescent, naïf et insouciant (on pense à La Boum pour continuer à suivre le fil rouge des années 80), mais écrite et chantée par un type qui a la trentaine bien tapée et deux gamins : pour la sincérité, on repassera.

Réactionnaire, mal baisé, empêcheur d’hipsteriser en rond, jaloux, … j’ai eu droit à tout lorsque le fatigant débat d’Aline s’engage. Le but n’est pas de condamner systématiquement et aveuglément une tentative de chant en français en la rapprochant avec aigreur et mauvaise foi du pire de la variété française des années 80 ; mais le fait est que le temps a fait son œuvre, l’eau a coulé sous les ponts, et un certain déterminisme géographique a fait que certains ont eu droit aux Smiths, d’autres à Indochine ; désolé d’être né du mauvais côté de La Manche. D’où aussi cette posture qui s’effrite sous les coups de boutoir du bon sens : comment ne pas voir un terrible paradoxe dans cette attitude qui consiste à rougir de fierté à propos de la noblesse et du courage d’un chant en français sur une musique pop qui elle, fait systématiquement référence à des groupes anglo-saxons, aux Cure, aux Smiths, à Sarah Records ? On ne veut plus avoir honte de chanter en français, par contre on ne crache pas sur une caution anglaise ou américaine concernant la musique, hein bande de fumiers ?

J’arrête là, mes crampes d’estomacs deviennent insoutenables. Les ex-Young Michelin et Indochine (un malheur n’arrive jamais seul) sortent leurs efforts discographiques respectifs d’ici le début de l’année 2013, on va finir par regretter de s’être foutu de la gueule des Mayas. Au début de l’année, Aline jouait lors d’une soirée « Tombés pour la France », initiée sans surprise par MagicRpm : on leur souhaite un bon retour dans la cuvette de Dien-Bien-Phu !

Patrick Obergruppenführer

 

6 Commentaires pour “« Je bois et puis je danse », vive l’Indochine française!”

  1. Laurie dit :

    Tiens… Voilà qui ressemble à une lettre de motivation pour bosser aux Inrocks. La presse qui croit qu’écrire des torchons sur les artistes en fait une sommité du bon goût. Je ne connais pas les artistes auxquels il est fait référence, mais je cherche plutôt des choses qui me donnent envie d’écouter de la nouveauté plutôt que des écrits plein de fiel et de vide. Ca ne sert à rien et c’est tellement facile! Première visite sur ce site, premier article… Salut et bonne continuation!

  2. Coucou ! dit :

    à part te regarder écrire, ce papier est à chier.
    Tu passes pour un gros rageux frustré de quelque chose, avec des arguments sans queue ni tête à l’image de la presse musicale majeure qui assène sans vraiment donner de la hauteur à la critique.

    On peut ne pas aimer mais qui es tu pour te croire au dessus des autres à attaquer personnellement ?

    ceci est minable.

  3. eddy barclay dit :

    de la pop édulcoré…pour dépressifs…quel gâchis.

  4. alextwist dit :

    par où commencer dans ce procès digne des grandes heures de l’URSS…

    – Gamine est un super groupe
    le fait que l’un de leur premier EP soit produit par Robin Wills (Barracudas) et Chris Wilson (Flamin’ Groovies) devrait te mettre la puce à l’oreille

    – Aline ne cite pas que des groupes anglosaxons, oui il y a une dominante « anglaise » mais ils n’hésitent pas en interview à mentionner précisément des groupes français, par exemple les Freluquets

    – Pourquoi écrire sur les soirées lose serait malhonnête ?
    cette chanson est au contraire pour moi très universelle et on a tous vécu ça, si je me retrouve tellement dedans, c’est que le propos est sincère et juste
    si les mecs « jouaient » la comédie ça ne sonnerait pas juste mais faux et « à coté

    on peut reprocher plein de trucs à Aline mais personnellement j’attends des groupes qui osent faire la musique que j’aime en français, et Aline en est un particulièrement bon

    leur album est une bouffée d’air frais
    que ça sonne guitare claire, tant mieux j’adore ça !

  5. Holden Brahms dit :

    Vous m’enlèverez le « e » de trop à « gent féminine » s’il vous plait. Bisou.

Répondre à Coucou ! Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *